TEC

« Mais , TEC, qu’est-ce c’est? »

Vaillamment, bille en tête comme toujours, par son ambiance chaleureuse, sa bonne humeur, ses qualités et ses défauts, la nature reconnue et appréciée de sa programmation (écrire et dire ne sont pas des jeux de pure mondanité), le talent de ses lectrices et lecteurs, son public qui s’établit et s’épanouit, les nouveaux alliés ou les fidèles qui accompagnent à chaque édition sa souriante cause, Texte En Cours  fait depuis 2013– avec tranquillité – son bonhomme de chemin.

Texte En Cours n’est pas une institution. Il est songé puis fabriqué chaque année par une équipe de bénévoles s’entourant de passionnés, de comédiennes et comédiens, d’alliés du monde culturel tous bienveillants à son égard. Il vagabonde au printemps selon les possibilités. Texte En Cours aime faire entendre aussi ce qui n’est pas déjà établi ailleurs dans le milieu professionnel établi : il est toutes portes ouvertes et voiles dehors choisissant au coup de cœur des textes en construction, « anonymés ».

Permettre de n’être pas entre soi et spécialistes de la spécialité. Saluer les écritures professionnelles et celles qui se lancent hors des écoles. Ouvrir la table des paroles pour qui aiment picorer, manger avec appétit.

S’il est un tremplin, il est aussi (avant tout ?) une expérience de solidarité dans la chaîne artistique et culturelle qui est la nôtre aujourd’hui : comment faire (et bien faire)  en l’absence de moyens financiers, certes ! mais avec la confiance de nos auteurs, des comédiens, du public, de nos amis dans le milieu théâtral et littéraire, des éditeurs et d’autres qui se joindront un jour ? L’avenir est une motivation.

 

Texte En Cours n’est pas une institution : comment l’être quand un festival dramatique et littéraire s’intéresse aux balbutiements, aux frémissements et frissons premiers, à la révélation des mots d’auteurs dont certains veulent faire métier et d’autres non ? Ce qui nous intéresse, à Texte En Cours, c’est la nécessité, le moteur, le feu qui poussent une femme, un homme à écrire – à écrire, peut-être, un seul texte dans sa vie ! – et à (nous) envoyer son œuvre.

Nous n’avons pas d’autres enjeux que ceux de faire entendre et connaître, dans une ambiance détendue (le fameux verre à la main de TEC !), des textes, des voix, des mots, des images. Nous voulons être une liberté pour les écrivains, les lecteurs, le public : la liberté d’être, de proposer, d’animer des états de conscience et les plaisirs, avec générosité, sans pression, sans course au podium ; avec panache, tout simplement.

TEC n’envisage rien d’autre qu’infuser dans les têtes une sorte d’espace et de période idéaux. Idéaux parce que l’un et l’autre n’ont qu’une nécessité : être et faire accueil.

 

Le règlement du Festival.

Pour chacun des projets proposés et choisis, son auteur – entre 18 et 35 ans – assurera par écrit que son travail est bien un work-in-progress, que ce dernier ne sera pas déposé à la SACD au moment du Festival Texte En Cours.

Nous considérons que toute œuvre déposée est achevée.

Nous nous verrions dans l’obligation d’annuler notre choix dans le cas contraire.

 Texte En Cours est un festival de l’en-cours, du non-fini, de l’existence de l’art avant la production. Texte En Cours est un festival de l’étape dans l’écriture. Texte En Cours est un laboratoire.

Ainsi les projets programmés auront toute liberté pour évoluer jusqu’au temps de TEC.

Chaque texte retenu sera présenté une fois, lors d’une soirée du Festival, dans un extrait d’une durée de 30 minutes maximum.

Votre dossier de projet est aussi capital à nos yeux que votre œuvre en construction dans l’état où elle se trouve au moment de son envoi. Soyez à l’aise !

Chères Téquiennes et chers Téquiens d’aujourd’hui et de demain, la table est ouverte, n’est pas encore mise; TEC est votre auberge espagnole.

 Sentez-vous chez vous car c’est chez vous.

L’Equipe de Texte En Cours